Épigénétique : Comment vivre en meilleure santé (selon la science)

Les recherches en génétique aboutissent sur ce mécanisme fascinant : l’épigénétique. En effet, en fonction de notre mode de vie, on peut développer des maladies ou non. On l'observe maintenant au cœur des cellules dans les mécanismes qui entourent notre ADN.
Arrivé sur barbalabs : 05 Décembre 2016
Originellement daté du : 18 Septembre 2014
Nombre de commentaire : 0

Ces fameux méthyles qui activent ou désactivent certaines fonctions de notre génome sont encore peu connus. Ce que l'on sait, c'est qu'ils permettent à certains gènes de s'exprimer ou non. Mais qu'est-ce que ça veut dire ?

Cela veut dire que notre ADN, qui est le livre de cuisine qui permet de fabriquer un peu tout dans notre corps n'est pas la clef finale et figée qui nous définit. En effet, notre mode de vie va permettre de sélectionner certaines fonctions négatives ou positives.

Un phénomène bien connu est le cancer par exemple. On sait également que les femmes enceintes qui subissent de lourds traumatismes transmettent au fœtus de graves troubles au niveau de cette fameuse «méthylation»[1][2]. Mais pas seulement. Des paramètres tels que la nutrition jouent également un rôle majeur dans ce domaine[3].

Mais aujourd'hui, on sait que rien n'est perdu. Correctement méthylé, l'épigénétique fera son travail sur votre génome (ADN).

Les éléments qui agissent sur ces phénomènes sont :

  • La nutrition
  • Le sport
  • Le stress
  • Le plaisir
  • La vie sociales et familiale...

Quoi de plus beau que de penser que le câlin d'une maman méthyle l'enfant et active les bonnes parties de son ADN ? Aujourd'hui, c'est ce que la science nous apprend !

Et si l’épigénétique et donc la médecine préventive étaient le futur de la médecine ? Et si cette nouvelle découverte était une révolution nous permettant de nous libérer de big pharma et de tous les médicaments potentiellement dangereux ?

  1. (en) Epigenetic programming by maternal behavior, publié le 27 juin 2004.
  2. (en) Prenatal exposure to maternal depression, neonatal methylation of human glucocorticoid receptor gene (NR3C1) and infant cortisol stress responses, publié le 1er mars 2008.
  3. (en) Nutrition During Pregnancy Impacts Offspring’s Epigenetic Status—Evidence from Human and Animal Studies, publié le 16 février 2016.

Voir aussi :

Commentaire (0)

Attention, il ne vous reste que : caractères.

Cet article vous plait ? Pensez à vous inscrire à la newsletter pour ne pas manquer nos autres publications !


... et sur FB :