Juncker : Sur l'influence des lobbies et la corruption des scientifiques

Une jeune youtubeuse pose des questions gênantes à Juncker, le Président de la Commission européenne.
Arrivé sur barbalabs : 23 Septembre 2016
Originellement daté du : 18 Septembre 2016
Nombre de commentaire : 0
Les Points Essentiels
  • Juncker s'inquiète du problème de l'influence des multinationales des produits chimiques sur l'avis des scientifiques (corruption ?)
  • Goldman Sachs a été un des acteurs qui a contribué à l'émergence d'une crise économique énorme au cours des années 2007, 2008 et 2009.
  • Le fait que son prédécesseur ait rejoint Goldman Sachs lui pose problème.
  • L’énorme différence de puissance financière entre les lobbies des entreprises à Bruxelles et les associations de défense des intérêts des citoyens et des consommateurs ne lui pose pas de problème. Pour lui, l'essentiel est la transparence : que les Européens sachent qui a consulté qui sur quel sujet.

Question 1 : Sur la compromission de l'UE en ce qui concerne les polluants chimiques

0:42 « Sur ma chaîne youtube, je parle beaucoup des produit chimiques et de leurs effets sur notre santé. Je m'inquiète de l'environnement dans lequel va grandir mes enfants. Je n'arrive pas à être mère et je ne suis pas convaincu que les perturbateurs endocriniens n'en soient pas responsable. La Commission européenne n'a fait que repousser pendant deux ans et demi l'interdiction. Cela rappelle le cas du roundup qui est à l'origine de nombreux cancers. Lui non plus n'a pas été interdit. Le rôle de la commission est-il de nous faire miroiter des interdictions qui n'arrivent pas et qui permettent aux multinationales de gagner du temps et de continuer a vendre leurs produit chimique qui nous font du mal ? »

Réponse :

1:46 « La communauté scientifique est partagée. Je suis du côté de ceux qui s'interrogent ». Il se pose la question : les avis des scientifiques sont-il exempts de l'influence des grands groupes ? « La commission travaille sur ces sujets et ne les prend pas à la légère ». Il est « impressionné » par le problème.

Question 2 : Sur Goldman Sachs

2:38 « Votre prédécesseur, José Manuel Durão Barroso (président de la Commission européenne) a rejoint la Goldman Sachs. Pendant son mandat, a-t-il été complaisant avec son futur employeur ? Utilise-t-il des secrets d'État pour son nouveau poste ? Vous avez déclaré que cela ne vous posait pas de problème qu'il travaille dans une banque privée, dans la mesure où il a respecté les délais de 18 mois. Mais vous avez ajouté que pour cette banque-là, ça vous pause un problème. Pourquoi cette banque-là en particulier pose problème ?

La réponse « noyage de poisson » :

3:40 (bla bla de politicien).... « José Manuel Durão Barroso est un type honnête et c'est un ami » ... (bla bla suite, pour un total d'1 minute).

La « vraie » réponse :

4:40 « Personne ne se pose de question dans le sens privé => publique. Mais dès qu'un membre quitte le publique au profit du privé (ce qui est considéré comme normal aux États Unis), alors là, tout le monde se pose des questions ! » (NDLR : Hmm, pourtant en France, beaucoup de gens se posaient des questions à propos de Mr Macron qui venait intégrer le publique alors qu'il venait d'une grande banque).

« Le problème avec cette banque, c'est qu'elle a été un des ensembles qui ont contribué à l'émergence d'une crise économique énorme au cours des années 2007, 2008 et 2009. Je pose la question de l'identité du port vers lequel il se dirige. »

Question 3 : Sur la justice fiscale

6:07 « Grâce à Antoine Deltour, on sait que de grandes entreprises, comme McDonalds ou Pepsi, via le Luxembourg profitent de montages fiscaux leurs permettant de ne payer qu'1% d’impôts. La PME comme celle de mon mari paie 33 %. Est-il judicieux de confier la mission du combat contre cette injustice à quelqu'un qui a été ministre des Finances pendant 18 ans du plus grand paradis fiscal d'Europe : le Luxembourg ? Ce serait un petit peu comme désigner chef de la police un braqueur de banque. »

Réponse :

7:16 « On dit souvent que les braqueurs et les braconniers constituent dans nos services de police les meilleurs éléments. Le regard des Français est condescendant à l'égard des autres. Il y a des arrangements entre administrations fiscales et entreprises. Êtes-vous certaines que ces pratiques n'ont pas eues cours en France ? En Europe, chacun est le paradis fiscal de son voisin. Nous avons besoin qu'en Europe les entreprises paient des impôts où elles réalisent leur bénéfice. Des décisions qui vont dans ce sens sont déjà intervenues (Apple en Irlande) et d'autres vont intervenir au cours des semaines à venir. En tant que ministre des Finances du Luxembourg, je n'ai jamais pratiqué d’arrangements pour une entreprise en particulier. J'aimerais que tous ceux qui ont été Premier ministre ou ministres des Finances dans leurs pays puissent dire de même. »

Question 4 : Sur l'influence des lobbies sur les lois européennes

9:55 « Les citoyens élisent des députés qui ne peuvent pas voter des lois. Il y a à Bruxelles entre 20 000 et 30 000 lobbyistes. Par exemple, Philip Morris emploie 160 personnes à temps pleins. Ils ont une enveloppe de 1,5 million d'euros pour organiser des dîners et des événements. Ces efforts ne sont pas vains, car finalement, ils portent leurs fruits. Entre 2014 et 2015, la commission rencontre jusqu'à deux fois par semaine des lobbyistes. Ces millions dépensés entretiennent des relations de travail entre eux et les députés européens. Je suis présidente d'une petite association humanitaire et d'une association liée au bio. Comment imaginer que les associations citoyennes comme la mienne puissent avoir les mêmes budgets et les mêmes opportunités que les entreprises. J'ai du mal à croire que l'Union européenne puisse être garante de l’intérêt général du peuple plutôt que de l’intérêt des entreprises. Pensez-vous que l'Union européenne est garante des hommes ou plutôt des entreprises ? »

Réponse :

11:49 « D'une manière générale, on ne peut pas opposer l’intérêt des citoyens, des consommateurs et des grands groupes pharmaceutiques. Il y a du vrai dans votre question. Les députés européens votent les Lois (NDLR : Laetitia faisait allusion aux représentants nationaux, Juncker répond donc à coté). J'ai demandé d’établir un registre de transparence sur ces entrevues. C'est la raison pour laquelle vous en avez connaissance. Nous les publions. Ils doivent indiquer quels lobbyistes ont été reçus pour qu'on sache qui essaie de prendre influence sur quelle décision. Je ne suis pas contre les lobbies des grandes entreprises. Ce n'est pas la Commission européenne qui donne leurs budgets aux lobbyistes. Nous appuyons financièrement par contre d'autres cercles d’influences plus vertueux comme des organisations de consommateurs et autres. L'essentiel est que les Européens sachent qui a vu qui sur quel sujet. Par exemple, si je reçois un grand banquier, les citoyens peuvent vérifier que l'entrevue a influencé les décisions de la commission du conseil et du parlement. D'ailleurs, je ne suis pas le favoris de ces milieux-là. »

Note BBL

La Youtubeuse Laetitia de la chaine Le Corps La Maison L'esprit a fait preuve d'un grand courage pour poser ce genre que questions là où elle aurait pu se contenter des questions plates et conventionnelles.

Elle a déclaré avoir été menacée par Youtube dans cette vidéo. On y voit un employé de youtube tenter de la dissuader de poser certaines questions sans quoi elle risquerait entre autre de ne « pas faire long feux » sur cette plateforme. Une info à prendre avec des pincettes : ces images de caméra cachée ne permettent pas de trancher définitivement sur youtube qui, quoi qu'on en dise, tolère manifestement la publication de cette vidéo qui lui est pourtant défavorable.

Voir aussi :

Commentaire (0)

Attention, il ne vous reste que : caractères.

Cet article vous plait ? Pensez à vous inscrire à la newsletter pour ne pas manquer nos autres publications !


... et sur FB :